Banque en ligne : un secteur en progression

De plus en plus de banque en ligne

S’il y a un secteur d’activité qui a particulièrement bien pris en compte les nouvelles technologies et plus particulièrement internet et l’exploitation que l’on peut en tirer, c’est bien le secteur tertiaire auquel appartiennent bien entendu les banques.

Le temps des pionniers

Au départ elles ont commencé par se distinguer en proposant des produits financiers particulièrement attractifs, avec des taux exceptionnels que l’on ne trouvait pas dans les circuits traditionnels. La financiarisation des économies, l’accès aux bourses étrangères, l’engouement pour les start-up et la bulle spéculative, ont largement contribué à développer l’e.banque.

L’étape de la diversification

Avec le succès grandissant et la popularisation des matériels informatiques, sa simplicité d’utilisation et surtout l’achat en ligne, les grandes banques nationales ont rapidement compris qu’il était temps de s’adresser à une nouvelle clientèle.

Pratiquement toutes s’y sont mises :- La Société Générale et sa filiale Boursorama ; le Crédit Mutuel Arkéa, avec Fortuneo Banque ; ING Bank avec ING Direct ; la BNP Parisbas avec Hello Bank ; le Crédit Mutuel avec Monabank.

LCL a, pour sa part, effectué un autre choix en proposant la gestion de ses services en ligne, sans pour autant créer de filiale e.banque.

Alors pourquoi s’orienter vers la banque en ligne ?

Plusieurs raisons à cela.

Tout d’abord, il n’est plus nécessaire de se rendre à la banque et faire la queue au guichet. Par conséquent un gain de temps appréciable. Avec la banques en ligne, on peut tout gérer de chez soi ou de son bureau.

Une autre raison, et pas des moindres, nous avons à portée de mains tous les produits répondant à nos attentes : gestion de notre compte courant ; solliciter un prêt ; consulter nos placements ; effectuer des opérations boursières ; souscrire une assurance-vie ou autre, etc.

Et puis surtout une raison déterminante :- les tarifs de ces banques en ligne sont bien en dessous de ceux pratiqués par leur génitrices.

  • Carte bancaire gratuite ;
  • retrait d’agent gratuit dans la zone euro ;
  • pas de frais de gestion ;
  • virements intérieurs comme extérieurs gratuits ;
  • possibilité d’augmenter le plafond de sa carte ;
  • envoi de chéquier et de carte gratuit ;
  • demande de credit ;
  • des taux d’épargne qui y sont supérieurs.

S’agissant des services ou prestations payantes, ces derniers restent quand même en dessous des coûts pratiqués, par une banque traditionnelle. .

La banque en ligne : une activité en progression

Avec un succès qui ne se dément pas depuis 2000, et fort de ses trois millions de clients, on peut considérer que ce secteur a encore beaucoup à apporter.

La France est bien lotie en matière de concurrence puisque l’on compte déjà six banques en ligne, ce qui nous place dans le peloton de tête au niveau mondial. En Europe, la moyenne tourne autour de trois acteurs.

D’un autre côté, si cette concurrence bénéficie aux consommateurs, les banques en ligne, pour leur part, doivent se partager ces parts de marché qui peuvent apparaître de plus en plus restreintes.

Mais le dynamisme et l’imagination du secteur bancaire, laisse présager, tout au moins pour les années à venir, une progression de cette activité qui devrait attirer de plus en plus de clients par la diversité de ses produits.